Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/10/2010

"La fierté d'être français doit-elle s'apprendre à l'école ?"

Cette question a fait l'objet d'un débat aux Universités de rentrée de DEBOUT LA REPUBLIQUE, le Parti de Nicolas DUPONT-AIGNAN.

Je vous propose aujourd'hui de poursuivre l'analyse.



 

A la lecture du nouveau programme d'histoire-Géographie des classes de seconde générale et technologique de la rentrée 2010 la question mérite d'être posé.

" l'exercice du raisonnement et de l'esprit critique contribuent à la formation des élèves.... fondement nécessaire à un citoyenneté qui devient au lycée une réalité effective" (extrait du préambule paru au BO spécial n°' du 29/04/10)

Logique me direz-vous, mais de quelle "CITOYENNETE"  sommes nous en train de parler ?

Car à regarder dans le détail le programme d'Histoire la question mérite réellement d'être posée ?

"Les Européens dans l'Histoire du monde"... le fil conducteur pour l'année est l'histoire des européens.

Attention il est même précisé : "... faut faire sentir aux élèves que des pans du monde passé ont été "perdus" ou qu'il n'en reste plus que quelques traces.."

Parle-t-on içi de notre pays, de notre nation, de notre France ? Malheureusement j'ai le sentiment effectivement que notre nation semble aujourd'hui une notion dépassée au profit d'une nation "Europe".

Je vous invite d'ailleurs à regarder dans le détail ce programme  : sur les deux pages de celui-ci le mot "EUROPE" ou "EUROPEEN" apparaît 15 fois.... "FRANCE" une fois, et encore, en bas de la dernière page.

Par ailleurs le programme laisse (en théorie) à l'enseignant une certaine liberté pour travailler sur des sujets, des exemples précis mais là encore celui-ci doit "élargir les exemples au delà de notre pays". Ainsi il ne sera pas possible d'étudier deux villes françaises au Moyen-Âge alors que le programme demande à ce dernier l"étude de deux villes en Europe".

Je me pose alors aujourd'hui la question de savoir si en juin prochain les élèves de seconde auront-ils encore le sentiment d'être français ou seulement des européens ?

 

Il est loin le temps ou nos parents , grands-parents étudiaient l'Histoire de France avec "le Tour de la France par deux enfants". Bien sur la France a évolué (urbanisation, industrialisation, immigration,...) mais il était avant tout un lieu de mémoire qui a contribué à forger l'unité nationale.

Et à ceux qui pourrait nous taxer de passéiste je les invite à relire cet ouvrage et notamment les maximes en début de chapitre.

Ne trouvez-vous pas que certaines de celles-ci sont encore actuelles ?

"Les routes, les fontaines, l'éclairage sont des choses dont chacun profite, il est donc juste que chacun les paie pour sa part"

"Le frère ainé doit instruire le plus jeune pas son exemple..."

"On regarde une chose avec plus d'intérêt quand on sait d'où elle vient et qui l'a faite."

"Un homme en danger , quel qu'il soit, a droit à notre aide"

"L'industrie des habitants fait la prospérité des villes" ..../....

 

Alors aujourd'hui, à la lecture de ce programme ce je me demande même si le fait d'être français est encore simplement enseigné à l'école ?

G. ANNET

 

 


Les commentaires sont fermés.