Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2010

VERS LA FIN DES BURALISTES EN LANGUEDOC ROUSSILLON ?

les sénateurs réunis au sein de la commission des finances ont adopté ce lundi 13 décembre, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2010, un amendement réinstaurant la mesure de suppression des restrictions sur les achats de tabac, qui figurait dans le projet initial du gouvernement, mais que les députés avait annulée.


COMMUNIQUE DE PRESSE DEBOUT LA REPUBLIQUE BEZIERS

La nouvelle volt-face de la commission des finances du Sénat laisse présager des jours encore bien difficiles pour les buralistes du Languedoc-Roussillon.

Après les menaces de Bruxelles de traduire notre pays devant le Cour Européenne de Justice pour non respect du principe de libre circulation le gouvernement et les majorités présidentielles de nos deux chambres semblent se moquer de plus en plus des buralistes.

En effet , il y a bien longtemps que Paris ne décide plus de sa politique économique et sociale, il y a bien longtemps que nos députés, nos sénateurs, nos gouvernements successifs UMPS ont abandonné le pouvoir aux bureaucrates bruxellois.

Depuis les accords signés en 1995 entre l'Europe et l'Organisation Mondiale du Commerce pronant le libre échange sauvage comme règle unique du commerce mondial nous n'avons fait qu'abandonner notre indépendance.

Ainsi si vous en doutiez un nouvel exemple nous en est donné depuis quelques jours par le gouvernement qui "s'amuse" avec les buralistes .

Comment penser autrement quand après la “fausse” opposition des députés de la majorité présidentielle de l'Assemblée Nationale pour maintenir la limitation sur l'achat de cigarettes à l'étranger les sénateurs de cette même majorité réunis en commission des finances souhaitent eux que les français puissent pouvoir introduire sur le territoire national “autant de cartouches qu'ils le souhaitent”

Evidemment ce simulacre de démocratie n'a d'autre but que “d'endormir” les centaines de buralistes frontaliers déjà durement touchés par la situation économique de notre pays.

Ne soyons pas dupe, les députés élus du peuple vont tenter de préserver leur électorat en simulant une résistance face à l'"ôgre" européen !

Les sénateurs, qui ne sont pas élus au suffrage universel direct, n'ont pas eux à préserver leurs électeurs et nous en voyons le résultat.

La limite restera la consommation personnelle qui devra être appréciée par les douanes en cas de contrôle”... vous êtes rassurez messieurs les buralistes ?”

Debout la République Béziers lance un appel à tous les élus de la Région pour , à l'Assemblée Nationale et au Sénat, enfin, oser dire "NON" aux fonctionnaires bruxellois et ainsi préserver des centaines d'emplois mais également en zone rurale et périurbaine nos "Bar-Tabac-Epicerie", le plus souvent, dernier "lieu de vie" de nos villages. 


 

 

Les commentaires sont fermés.