Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2011

1912 Nauvrage du Titanic... 2012 nauvrage de l'Euro

Où comment cent ans après le naufrage du Titanic la zone euro risque de faire sombrer définitivement l'économie européenne ...


Le Titanic, fleuron de l'industrie navale du début du XXème siècle, avec ces 16 compartiments étanches pour assurer une sécurité supplémentaire et éviter les avaries, a pris la mer en avril 1912 pour son premier voyage inaugural entre Southampton et New-York .... qu'il ne vit jamais.

Cette histoire, véritable tragédie humaine,  tout le monde la connait.titanic_3.jpg

Un navire qui ne pouvait pas couler selon la presse de l'époque... et qui pourtant sombra en quelques heures dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

Aujourd'hui l'histoire du Titanic, c'est un peu l'histoire de notre "cher" zone euro :

Un Euro fort, indestructible, construit pour le bien de l'Europe, des européens !

Un Euro avec comme le navire ces "compartiments étanches" !

Le problème  c'est que depuis des mois le plan des grands architectes européens n'ont rien à envier à ceux de Tholmas Andrew (architecte du Titanic), les "compartiments" prennent l'eau de toute part...

Oui, depuis quelques mois nous sommes le 14 avril 1912, le 14 avril aux environs de minuit, soit quelques dizaines de minutes après la colision avec ce fameux iceberg ...

Mais que croyez vous que le capitaine du Titanic a cherché à faire dans les premières heures après l'accident : sauver le navire évidement, le problème c'est qu'une fois le navire "perdu" il a encore et encore voulu croire qu'il pourrait le sauver.... aujourd'hui ce capitaine c'est MERKEL/SARKOZY...

Ils écopent , et écopent encore et encore mais tout le monde a compris que l'issu est aujourd'hui évident : l'euro comme le Titanic va finir par sombrer.

Il est donc temps de tenter de sauver un maximum de "passagers", de sauver un maximum d'emplois.

En 1912 seul les premières classes ont pu bénéficier des bateaux de sauvetage, en 2012 les secondes et troisièmes classes que forment les classes populaires et moyennes françaises ne doivent plus être sacrifiés sur l'autel de la pensée unique.

Il est grand temps de changer de capitaine, il est grand temps de travailler à la construction d'un nouveau navire, moins grand, moins fier mais qui pourra accueillir tous les naufragés du Titanic, enfin de la zone euro...

Les commentaires sont fermés.