Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2010

Remise en liberté de René GALINIER

COMMUNIQUE DE PRESSE DEBOUT LA REPUBLIQUE BEZIERS

 

Nous venons d'apprendre la remise en liberté de René GALINIER, mis en examen et écroué depuis quelques semaines , après ce que tout le monde nomme aujourd'hui l'"affaire de Nissan".

DEBOUT LA REPUBLIQUE BEZIERS s'était refusé depuis ce dramatique évènement à s'exprimer sur le sujet.

Plusieurs politiques : notre Député, un mouvement d'extrème-droite et même le candidat UMP au poste de conseiller général local dans un vidéo diffusé sur le net n'avaient pas hésité à s'exprimer , à prendre "en otage" ce monsieur .

A l'inverse il nous avait semblé normal de laisser faire la Justice de notre pays.

Notre démocratie, notre République n'est-elle pas fondée sur notamment la séparation de l'exécutif et du judiciaire ?

Aujourd'hui nous avons déjà pu lire que monsieur GALINIER était un symbole...et non seulement un homme .

Laissons faire la Justice de notre pays, laissons cet homme en paix.

Messieurs les "politiques" cette libération n'est pas votre victoire, c'est simplement une étape du procès pénal d'un homme seul, d'un homme excédé, d'un homme accablé par un drame qui le frappe à l'aube de sa vie.

 

19:48 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : galinier, nissan

23/08/2010

LES RIVERAINS DU CARREFOUR DE L'HOURS EMMURES VIVANTS

Dans la nuit du 12 au 13 Aout 1961 Berlin était coupé en deux par la construction d'un mur qui devait symboliser pendant près de 40 ans la division entre une Europe démocratique et une Europe totalitaire, une Europe "communiste".  A quelques jours d'intervalles Béziers vient de construire le sien autour du quartier de l'Hours.

En effet depuis plusieurs mois la ville a semble-t-elle décidé d'investir dans des pallissades "com" : une idée intéressante au demeurant pour masquer des travaux comme par exemple la médiathèque, l'IUT ou encore la "future" piscine ; encore que depuis quelques jours ce chantier semble prendre l'eau et nous risquons d'attendre encore un peu pour nous y mettre, à l'eau ...

Le problème du mur de l'Hours c'est qu'il ne cache aucun travaux, simplement un terrain "vague" dont les projets d'occupations le sont tout autant.

Alors un mur provisoire fait pour durer plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années ?

   

 

17/06/2010

"Rien ne va plus, faites vos jeux… en ligne" !

Ainsi à ce jour 17 licences pour 11 opérateurs ont été délivrées par la nouvelle autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL).

 Pourtant les risques qu'une telle ouverture véhicule sont réels pour notre société, nos ménages :

- risques sanitaires et sociaux avec la multiplication de l'offre de jeu en ligne,

-  risques d'ordre public avec une porte ouverte au blanchiment d'argent,  

-  risques juridiques avec des contestations à venir, y compris au niveau européen, sur les conditions d'attribution des licences,

Quant aux bénéfices, ils sont encore à trouver, nuls sur le plan de l'emploi, et des plus incertains sur le plan fiscal, la plupart des opérateurs étant installés à l'étranger dans des paradis fiscaux (Malte,...)

Alors même si l'ARJEL, nouvelle autorité de régulation,  lance en parallèle une campagne de prévention sur Internet qui diffuse des vidéos incitant les joueurs à utiliser les portails légaux, oblige les opérateurs a informer les "clients" sur les dangers à l'addiction par exemple certains risques (accès des sites aux mineurs par exemple,..) demeurent et nous sommes en droit de nous poser plusieurs questions :

Ces précautions prises par cet organisme seront-elles suffisantes ?

Les jeux en ligne ne vont-ils pas avoir un facteur aggravant comparé à la dépendance aux jeux classiques ?

 Les paris sur Internet vont-ils entraîner de graves conséquences sur les ménages déjà plongés dans le surendettement ?

 Serait-il de mauvaise fois alors que de penser que l'empressement du gouvernement à défendre des intérêts privés dont certains font partis des "amis du Fouquet's" ....