Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/08/2010

LES RIVERAINS DU CARREFOUR DE L'HOURS EMMURES VIVANTS

Dans la nuit du 12 au 13 Aout 1961 Berlin était coupé en deux par la construction d'un mur qui devait symboliser pendant près de 40 ans la division entre une Europe démocratique et une Europe totalitaire, une Europe "communiste".  A quelques jours d'intervalles Béziers vient de construire le sien autour du quartier de l'Hours.

En effet depuis plusieurs mois la ville a semble-t-elle décidé d'investir dans des pallissades "com" : une idée intéressante au demeurant pour masquer des travaux comme par exemple la médiathèque, l'IUT ou encore la "future" piscine ; encore que depuis quelques jours ce chantier semble prendre l'eau et nous risquons d'attendre encore un peu pour nous y mettre, à l'eau ...

Le problème du mur de l'Hours c'est qu'il ne cache aucun travaux, simplement un terrain "vague" dont les projets d'occupations le sont tout autant.

Alors un mur provisoire fait pour durer plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années ?

   

 

30/03/2010

Le quartier de l'Hours à Béziers, avenir et enjeux pour le centre-ville

Ces derniers mois ont été marqué par l'annonce des nouvelles enseignes pour le futur centre commercial Béziers Rive Gauche à l'occasion de la présentation du calandrier du projet initié par la SOCRI. L'ouverture est prévue pour maintenant pour Octobre 2010, quatorze petits mois.
Au delà de cette annonce et des discours volontairement obtimistes de la SOCRI et de la Mairie de Béziers lors de cette inauguration il est tout de même temps de se poser la question du devenir du centre ville, du coeur historique de Béziers.

Les aménagements du carrefour de l'Hours avec notamment ce futur centre commercial sont une chance pour Béziers, nous partageons ce point de vue et ne pouvons que féliciter l'équipe municipale en place depuis plusieurs années pour avoir réussi a doter Béziers d'un tel ensemble urbain mais maintenant il faut tout mettre en oeuvre pour que ceux-ci deviennent non seulement une chance pour la ville pas aussi une chance pour le centre-ville et ces riverains (habitants et commerçants).

Ce «POLYGONE Rive Gauche » nous avait été présenté en son temps comme la seule solution viable pour maintenir une activité commerciale en ville et ainsi limiter les galeries marchandes des zones commerciales
Ce projet ne devait-il pas être associé à une politique d'aménagement urbain audacieuse pour donner l'envie aux clients du centre commercial de se rendre sur les Allées Paul Riquet, dans les petites rues piétonnes du coeur de ville ?
Quand est-il de cette belle promesse ?
Existe-t-il un réel programme d'aménagement des Avenues WILSON et LIBERTE ?

Monsieur Badie-Cassagnet (Directeur de l'immobilier de la SOCRI) précisait, dans vos colonnes du 18 avril dernier ,qu'il avait remarqué que l'Avenue WILSON « monte un peu », effectivement cette avenue a un certain dénivelé sur plusieurs centaines de mètres, suffisant en tous cas pour peut être nuancer le « un peu ». Alors n'en déplaise à ce monsieur il faudra « un peu » plus que de jolis trottoirs, trois ou quatres palmiers, deux ou trois beaux lampadaires, fussent-ils très « disign » pour que « la mayonnaise »,( terme qu'il employé alors ) ne prenne.
La seule solution municipale pour surmonter ce “léger problème topographique” serait LA NAVETTE, piètre réponse au regard d'un projet de renouvellement urbain pour les 20 prochaines années.
Quelles sont les familles avec des enfants qui iront s'aventurer les samedis aprés midi à gravir l'Avenue WILSON, gravir et peut-être un peu excéssif, disons monter alors cette Avenue, ils n'iront surement pas plus s'entasser dans des mini-bus démunis de climatisation ou reprendre leur véhicule car où pourraient-ils d'ailleurs la stationner ?
L'Avenue WILSON n'a pas besoin d'être rénover, elle a besoin d'être restructuré en profondeur ainsi d'ailleurs que l'Avenue de la Liberté.

Il faut dès à présent mettre en place un nouveau schéma d'urbanisme cohérent qui devra passer par l'amélioration des liaisons d'un quartier à l'autre , d'un secteur à l'autre.
Encore faut-il que cette volonté existe car nous pouvons nous poser réellement la question quand nous voyons le traitement infligé au beau projet d'artisanat d'art à Béziers.


Pourtant Béziers à travers ce projet avait une chance formidable de s'ouvrir à un tourisme d'art au même titre que Pézénas par exemple mais surtout la ville trouvait dans ce projet un moyen de revitaliser le centre ancien.
N'oublions pas que la vieille ville perdra dans deux ou trois ans son Tribunal, en effet un nouveau Tribunal de Grande Instance devrait voir le jour dans le quartier de l'Hours face au centre commercial. Cela sera l'occasion alors d'un déplacement de tous les professionnels de la justice vers ce quartier au détriment du coeur de ville. (cabinets d'avocats, huissiers,...)

Pourtant le centre-ville , ses habitants, ses commercants ont des atouts à faire valoir, des associations travaillent sans relachent pour dynamiser celui-ci. Mais sans l'appui des autorités municipales pourront-ils réellement agir avec efficacité pour redynamiser notre ville.

Béziers a pourtant l'opportunité aujourd'hui de pouvoir batir le Béziers de 2015/2020, un Béziers dynamique autour d'un « triangle » composé d'un quartier « du savoir » qui est en train de naitre autour de l'Université et de la Médiathèque, d'un quartier « de commerces et loisirs » qui sort de terre à l'Hours et enfin d'un coeur de ville « historique » tourné vers le commerce de qualité , l'artisanat d'art.... pour ce dernier point le premier acte est déjà semble-t-il perdu.

Mais pour cela il faut dès a présent travailler au renouveau du centre-ville, au remodelage des voies qui permettront de faire l'interface entre ces trois « quartiers ».




G.ANNET