Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2009

Le vent de la défaite souffle-t-il sur Béziers ?

DLR BEZIERS avait été agréablement surpris durant le débat public sur la
ligne TGV MONTPELLIER PERPIGNAN par la position de bon sens défendue par
le Sénateur Maire, et l'en avait d'ailleurs publiquement félicité.
En effet, ne cédant pas aux sirènes d'une mixité techniquement délicate
et bien moins valorisante en terme de développement durable (économie en
tonnes CO2) que RFF et d'autres acteurs avaient bien voulu le faire
croire Mr Couderc avait rejoint notre position en faveur d'un d'une LGV tout
voyageur et d'une rénovation de la ligne existante pour le fret.
Nous soutenions également que la rénovation de  la ligne
Béziers-Neussargues pouvait être une solution.
Faire croire que la mixité pourrait permettre de faire transiter 20 %
du trafic marchandises sur le rail équivaut à vouloir faire croire à
l'humanité que la vie sur Mars c'est pour demain, aprés-demain.
Le seul moyen de faire diminuer le fret sur route c'est dès aujourd'hui
réfléchir à des "autoroutes de la mer", le fret ne sera jamais la
solution "miracle" pour diminuer l'impact environnemental du transport
routier  sur l'environnement et  particulièrement dans le bassin
méditéranéen.
DLR BEZIERS se pose donc la question de savoir pourquoi à la veille
d'une campagne régionale le candidat investi par la majorité
présidentielle pour la région Languedoc-Roussillon abandonne la partie
avant de l'avoir joué, simple capitulation ou prémice d'une déroute
électorale annoncée ?
Les flux de marchandises et de personnes vont devenir dans la première
moitiée du XXI siècle un enjeu majeur pour tout le bassin méditéranéen.
Notre région a besoin de projets d'avenir, de logique en matière de
développement durable et non d'erzats "grennelo-écologique" comme l'ai
la mixité ferroviaire.

Bureau D.L.R. BEZIERS OUEST HERAULTAIS